7 mai 2015, Pessac. Séminaire : Comprendre la contestation au Mali

2

Le prochain séminaire général de LAM (Les Afriques dans le monde) se tiendra le jeudi 7 mai 2015 de 14h30 à 16h30 à la Maison des Suds (Amphithéâtre). Johanna Siméant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, interviendra sur le thème « Comprendre la contestation au Mali (et que faire de la sociologie des mouvements sociaux et des mobilisations en Afrique) »

Comment saisir les formes de la protestation au Mali ? D’une part en ne s’arrêtant pas à ce qui fut longtemps l’image d’un pays à consensus. D’autre part en ne se faisant pas piéger par le lexique de la sociologie des mobilisations et sa quête de mouvements sociaux en bonne et due forme, en ne se faisant pas enfermer par le nominalisme qui aboutirait à considérer comme « mouvement social » ou « militant » qui se décrit comme tel. Enfin en tentant, au maximum, de mettre en rapport les formes du dissentiment et de la critique avec l’ordre politique et social dans lequel ils s’inscrivent.

La séance sera discutée par Vincent Bonnecase, LAM/CNRS & Cindy Morillas, LAM

Entrée libre

 

  • Idrissa

    J’ai vu que le groupe de discussion « Femmes maliennes en colère » sur Facebook était très suivi. Effectivement les mouvements de femmes maliennes sont très actifs. Les femmes du mali demandent dans une lettre à leur mari, père et fils de trahir leurs chefs et de déserter pour revenir dans leurs villes et contribuer à l’avenir du pays. Elles ont raison, quel avenir pour ces combattants au service de terroristes ou de djihadistes comme Ag Ghaly. Si vous n’avez pas encore vu cette lettre qui circule sur tout internet, voici le lien: http://i67.tinypic.com/2na7afm.jpg

  • Aicha Sangare

    Les femmes sont excédées par ce qu’elles vivent. Les mouvements de contestation des femmes maliennes s’organisent derrière leur solgan ‘Islam ok, Charia KO get out’. Les Femmes Maliennes commencent à s’impatienter face à une crise qui dure depuis trop longtemps. Celles dont les maris sont partis combattre avec les djihadistes et les terroristes se retrouvent seules et assument toutes les responsabilités.