« We Feel Your Pain » : une campagne contre la torture dans les prisons du régime syrien

0

WeFeelYourPain_RadioAlwan_PictureVotre peine est nôtre, c’est l’intitulé qu’a choisi la radio alternative indépendante syrienne Alawn pour lancer sa campagne contre la torture dans les prisons du régime. La campagne vise à réclamer la libération des détenus après que leur nombre ait atteint les 200.000 selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Du 1er Novembre au 1er décembre 2014, des rapports et des interviews sont diffusés sur les ondes de radio Alwan mais également sur la page dédiée à la campagne sur Facebook et Twitter avec un hashtag en arabe, français et anglais : #انتو_الوجع #VotrePeineEstNôtre #WeFeelYourPain.

Interrogé sur les objectifs de la campagne, Ahmad Kaddour, fondateur et directeur général d’Alwan, nous répond que celle-ci a pour but de provoquer une vague de soutien autour des détenus et des disparus ainsi que leurs familles. Kaddour déclare : « Nous voudrons toucher l’opinion publique syrienne loyale au régime afin d’alerter les individus directement impliqués dans des actes de torture sur la gravité de leurs actions. Il faut qu’ils prennent conscience des risques de poursuite, devant les tribunaux internationaux, qu’ils encourent. »

La radio a également publié un rapport détaillé contenant des témoignages d’ex-détenus dans les tristement célèbres prison militaire de Saidnaya et le centre de sécurité 215 dirigé par les services de renseignement militaire qui affiche à lui seul 7500 détenus, victimes des pires méthodes de torture selon le Réseau syrien des droits de l’Homme.

Les tortures et exécutions méthodiques à Saidnaya et au centre de sécurité 215 constituent une violation flagrante des conventions internationales contre la torture notamment les Conventions de Genève de 1949 et la Déclaration universelle des droits de l’Homme ainsi que le droit à un procès équitable. Cet état de fait a poussé les organisations des droits de l’Homme à baptiser ces agissements comme étant « l’Holocauste syrien ».

Le Réseau syrien des droits de l’Homme a signalé que les cas de mort sous la torture peuvent atteindre 25 par jour et que 150 détenus atteints de peste ont été exécutés récemment par le régime sous prétexte d’éviter une flambée de l’épidémie. Le Réseau a par ailleurs préparé un rapport sur ​​le centre de sécurité 215 basé sur 55.000 photos, qui ont fuité, de 11.000 détenus décédés sous la torture.

Ahmed Kaddour a enfin déclaré : «La campagne vise à sensibiliser l’opinion publique internationale sur cette grave violation des droits de l’Homme. Elle exhorte les associations, les organisations et la société civiles à constituer des organes dont la mission est d’assurer le suivi des dossiers des détenus et leur prise en charge après leur libération ». Il ajoute : « L’un des principaux objectifs de la campagne est de constituer un environnement réactif entre juristes, psychologues, sociologues, experts et politiciens, un environnement qui conduira à la création d’une base de connaissances à travers des entretiens que nous allons mener avec chacun d’eux, nous posons ainsi les jalons pour La Haye ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ajoutez votre commentaire !
Votre Nom