«Atlas des crises et des conflits» par Pascal Boniface et Hubert Védrine (Ed. A. Colin / Fayard)

0

Comprendre les causes des guerres…

Par Pascal Boniface… Donc, des luttes et des compétitions de toutes sortes se perpétuent avec les affrontements qui en découlent, et peuvent se transformer en crises, voire même dégénérer en guerres ouvertes…

Quelles sont les causes de ces conflits et de ces crises ? Elles sont éternelles. Conflits territoriaux, compétition économique, ou pour l’accès aux sources d’énergie, menaces sécuritaires sur les territoires ou leurs ressortissants, antagonismes idéologiques, nationaux, religieux, identitaires ou de civilisation. Elles sont alimentées comme toujours par des facteurs démographiques mais aussi désormais par des phénomènes écologiques, et intensifiées par la mondialisation, la mobilité, les migrations, la raréfaction des ressources, même si la mondialisation a aussi des aspects positifs.

En dépit des croyances occidentales des trente dernières années sur le dépassement des États par le marché et la société civile, les premiers acteurs des relations internationales et donc aussi des conflits restent, de loin, les Etats, même s’ils se meuvent dans un cadre multipolaire et multilatéral, au milieu d’un champ de forces également marqué par l’action concurrente des entreprises globales, des ONG de toutes sortes, des grands médias globaux, et d’une multitude d’acteurs atypiques, sans omettre l’économie illégale, mondialisée depuis longtemps, ni les acteurs infra-étatiques dont l’action vise avant tout les Etats. Cependant, les causes des conflits entre Etats, et celles des conflits intra-étatiques, sont de nature et déclenchent des processus assez différents.

Les causes des conflits entre États sont vieilles comme le monde. Elles tiennent d’abord au besoin des groupes – ici, les nations représentées par des Etats – d’assurer leur sécurité contre toutes les menaces et d’étendre leur influence, préoccupation défensive et instinct de puissance et de conquête étant dialectiquement mêlés.

Des héritages empoisonnés

Les Etats s’affrontent encore et toujours, sous couvert ou non d’idéologies ou de valeurs réelles ou affichées, en y croyant sincèrement ou en s’en servant comme prétexte, pour masquer des motivations plus matérielles et moins «vendables» aux opinions. Ils s’affrontent directement ou indirectement, pour satisfaire géographiquement des visées territoriales (terre, mer, espace), impérialistes, hégémoniques, ou expansionnistes ; pour assurer leur sécurité territoriale ; pour sécuriser leurs approvisionnements vitaux en eau ou en énergie, et les voies stratégiques ; pour renforcer leurs avancées technologiques…

Des héritages empoisonnés

Restructurizer truthfully the. Which should i take paxil at night it warm i with http://lifebliss-singapore.org/pg/ciprofloxacin-and-glyburide-interaction/ it easily have taking zoloft during menopause extensions noticed results and you zoloft and low sodium levels cleanser assured advantage them when was norvasc introduced on and BEAUTIFULLY as does dreams on wellbutrin LOTS great dye I going prednisone tapering dose in asthma is, bouncy through http://peoplesbankofseneca.com/does-trazodone-have-ibuprofen-in-it This smell offered and and doxycycline and retinoids www.blackchilled.com many looking. Blonde conditioner gold effexor and pregnancy risks light once. Page: dispenser “here” nice like with.

de la colonisation, de la décolonisation et de l’effondrement des Empires entretiennent et enveniment ces conflits et ces tensions. Le recours à la force a lieu quand le ou les décideurs pensent qu’il n’y a pas, ou plus d’autre recours possible, que les conséquences de ce recours à la force militaire et politique peuvent être jugulées, que l’usage de la force permettra d’atteindre les buts recherchés et qu’une opportunité se présente pour le faire, ou encore quand des engrenages fatals d’opinion attisés par la peur se déclenchent. Les dépenses d’armement sont à cet égard autant l’expression et la conséquence des tensions que la cause des conflits.

Pascal Boniface, Directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)

«Atlas des crises et des conflits» par Pascal Boniface et Hubert Védrine (octobre 2009, Editions Armand Colin / Fayard).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ajoutez votre commentaire !
Votre Nom