Esther Benbassa (dir.), Minorités en politique, Paris : CNRS Editions, 2011

0

Qu’est-ce qu’une « minorité » ? Un groupe numériquement faible que sa religion, son origine ethnique, la couleur de sa peau ou son orientation sexuelle distingue de la population dite majoritaire, et expose à des discriminations d’ampleur et de nature variables. En France, le mot renvoie plus spécifiquement à tous ceux que l’on continue de percevoir comme étant « issus de l’immigration », quand bien même ils seraient français depuis plusieurs générations.

« Visibles » lorsqu’elles dérangent, ces minorités deviennent curieusement « invisibles » dès qu’il s’agit de représentation politique. En intégrant les « minoritaires » au jeu politique, les partis trouveraient à la fois le moyen d’emporter l’adhésion active de populations traditionnellement négligées et l’occasion de conformer leur pratique à leurs idéaux affichés pour dégripper enfin l’ascenceur social. S’en tenant au constat que ces populations, au fond, ne votent pas, ou guère, beaucoup de politiciens se montrent finalement peu soucieux de les inciter à le faire, alors que le vote est la première expression d’une citoyenneté responsable.

Réunissant les analyses des meilleurs spécialistes européens et américains de la question, ainsi que les témoignages d’acteurs politiques français, cet ouvrage de référence aborde le fait minoritaire dans une perspective comparatiste, pour mieux en saisir les enjeux et mettre à mal les préjugés et les peurs qui l’entourent, en particulier dans un contexte de forte poussée national-populiste.

Esther Benbassa, qui a dirigé ce volume, est directrice d’études à l’École Pratique des Hautes Études, à la Sorbonne, où elle occupe la chaire d’histoire du judaïsme moderne, et sénatrice.