Afghanistan : du blanc pour les ONG

0

Depuis le 1er juin, les forces internationales opérant sous l’égide de l’OTAN en Afghanistan doivent cesser d’utiliser des véhicules blancs. Cette décision fait suite aux appels lancés par des ONG pour réclamer un marquage plus précis permettant de distinguer les véhicules civils des véhicules militaires.

« Tous les véhicules de l’OTAN de couleur exclusivement blanche devront faire l’objet d’un changement de couleur suffisamment marqué afin d’être clairement et manifestement polychromes », peut-on lire dans une déclaration de politique de l’OTAN publiée par Marco Bertolini, directeur du personnel de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS).

« S’agissant des véhicules appartenant à l’OTAN, des mesures sont actuellement prises pour garantir un marquage clair et manifeste de leur appartenance à l’OTAN », a expliqué à IRIN Anthony Lutz, l’un des porte-parole de la FIAS.

Cet accord a été conclu au terme de plusieurs mois de solides pressions exercées essentiellement par des organisations humanitaires internationales, qui accusent l’OTAN/la FIAS d’utiliser délibérément des véhicules blancs afin de bénéficier d’une protection accrue.

« Nous, quelques-unes des principales organisations humanitaires non gouvernementales à but non lucratif, qui apportons une aide fondamentale à une population afghane vulnérable, souhaitons attirer votre attention sur la nécessité urgente pour les forces de l’OTAN de se distinguer sans ambiguïté des civils en Afghanistan et de promouvoir le respect et la protection du personnel humanitaire en n’utilisant pas de véhicules blancs pour le transport du personnel militaire ou les activités militaires », ont revendiqué plus d’une douzaine d’ONG internationales dans un courrier adressé au secrétaire général de l’OTAN au mois d’avril.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé la création de la FIAS en vertu de la Résolution 1386 – initialement pour contribuer au maintien de la sécurité à Kaboul ; en août 2003, l’OTAN a pris la direction de la FIAS. En avril 2009, les forces de l’OTAN/la FIAS se composaient de quelque 58 000 soldats issus de 42 pays contributeurs, d’après une brochure de la FIAS.

La couleur de l’impartialité

D’après les ONG, les 4×4 blancs sont traditionnellement utilisés par l’ONU et les organisations humanitaires dans les zones de conflit, afin de se distinguer des forces armées.

« La couleur blanche est devenue le symbole de l’impartialité et de l’indépendance, et de ceux qui cherchent à apporter de l’aide pour répondre à un besoin », a expliqué à IRIN Ashley Jackson, chargée de communication au sein d’Oxfam. « Lorsque les forces armées se déplacent dans des véhicules blancs, cela ébranle l’identité des travailleurs humanitaires et créé une confusion entre ces derniers et l’armée, ce qui peut compromettre notre sécurité et notre accès aux communautés qui ont besoin de nos services fondamentaux », a dit à IRIN Ingrid Macdonald, directrice de la protection et du plaidoyer du Norwegian Refugee Council (NRC), à Kaboul.

Les attaques armées dirigées à l’encontre des ONG ont enregistré une hausse de quelque 40 pour cent en 2008, et des dizaines de travailleurs humanitaires ont été assassinés, enlevés ou blessés en Afghanistan, d’après le NRC et Oxfam. Le renforcement de l’insécurité a par ailleurs entravé l’accès à de vastes régions du pays, notamment la région instable du sud et du sud-est, où de nombreuses personnes auraient besoin d’une assistance humanitaire.

« Si nous ne sommes pas en mesure de garantir la sécurité de notre personnel, nous ne pourrons pas offrir notre aide aux Afghans dans les zones de conflit, et ce sont ces derniers qui en paieront le prix », a expliqué Mme Jackson, d’Oxfam.

Une confusion toujours présente ?

La nouvelle politique de l’OTAN relative à l’utilisation de véhicules blancs ne s’appliquera pas aux milliers de soldats américains opérant hors du mandat de l’OTAN/la FIAS, et qui participent essentiellement à des activités militaires de lutte contre l’insurrection et le terrorisme. « Les utilisateurs de véhicules autres que ceux de l’OTAN/la FIAS sont encouragés à se conformer à cette politique également – même s’il s’agit d’une problématique nationale sur laquelle chaque pays contributeur devra se pencher », a affirmé M. Lutz, de la FIAS.

Les ONG affirment que l’utilisation de véhicules blancs par les forces armées ou à des fins militaires serait une violation du modus operandi convenu entre les organisations humanitaires et les forces armées en août 2008. « En vertu de la législation humanitaire internationale, les forces armées sont tenues de se distinguer des civils durant les conflits », a précisé Mme Jackson, d’Oxfam.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ajoutez votre commentaire !
Votre Nom