Dossier : RD CONGO, une guerre si longue…

0

(parution 2009)

«La guerre est loin d’être finie pour les Congolais ordinaires. Ces terribles tragédies humanitaires se déroulent dans des zones isolées loin des caméras de télévision, mais cela n’en rend pas la souffrance moins réelle pour ceux qui sont concernés», vient de déclarer Marcel Stoessel, responsable d’Oxfam en RDC. Les attaques contre les travailleurs et les convois humanitaires ont augmenté dans l’est de la RD Congo depuis le début de cette année. Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, «en moyenne, les humanitaires subissent 11 attaques par mois, soit un incident tous les trois jours».

Y a-t-il eu dans le monde depuis ces dix dernières années plus terrible crise humanitaire ? L’histoire de l’Est de la RD Congo est indissociable des relations politiques et militaires entre Kinshasa et Kigali. Les deux pays sont en passe d’enterrer la hache de guerre. Kigali et Kinshasa devraient rétablir leurs relations diplomatiques. Avec le feu vert de Joseph Kabila, Paul Kagamé a fait entrer ses troupes dans l’Est de la RDCongo en février pour éliminer les rebelles hutus génocidaires, les FDLR. Des rebelles lontemps manipulés par le pouvoir de Kinshasa contre son voisin rwandais. Au cours de ces longues années de guerre ouverte ou larvée, ce sont les civils qui ont payé un lourd tribu, notamment les femmes. Les viols ont été ici une arme de guerre.

 

Le sommaire de ce dossier :

– Dans la rubrique Retour sur image Philippe Lavat analyse un reportage de la chaîne française TF1 du début de l’année 2009. Ce reportage n’est pas nécessairement représentatif de tous les sujets diffusés par les télévisions mais il démontre la difficulté pour ce média d’aborder des crises complexes et lointaines dans les J.T. La RDC dans la mire… Complexité évacuée, simplification, bons sentiments.

– Donat M’Baya Tshimanga, président de l’ONG Journaliste en Danger, évoque dans son texte les difficultés d’exercer le métier de journaliste au Congo

– Pascal Chirhalwirwa, animateur Provincial de l’Antenne Est de l’Institut Panos Kinshasa, analyse les relations impossibles entre humanitaires expatriés et journalistes congolais

– Gaston Mangara, journaliste à Kigali, analyse les commentaires de la presse rwandaise

– De son côté Yves Laplume, Délégué éditorial à la Fondation Hirondelle, revient sur le rôle de Radio Okapi, la seule radio véritablement nationale au Congo, lors de la présidentielle de 2006. A travers ces événements, Yves Laplume explique le bien fondé de la démarche de cette station qui travaille en zone de conflit, souvent mise à l’index pour sa prudence… Okapi a été créée par les Nations unies et la Fondation Hirondelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ajoutez votre commentaire !
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.