République Centrafricaine : pas de temps à perdre

0

La République Centrafricaine traverse une crise humanitaire majeure. Le conflit interne généralisé a déplacé plus de 600 000 personnes à l’intérieur de la RCA et forcé 300 000 personnes à se réfugier dans les pays voisins. Dans la capitale, Bangui, des dizaines de milliers de personnes vivent dans des camps de fortune en proie aux inondations. Dans les zones rurales, ceux qui ont décidé de rentrer chez eux retrouvent leur maison et les places de villages dévastées. Les communautés musulmanes minoritaires sont assiégées et beaucoup ont décidé de fuir le pays.

La communauté internationale a été incapable d’empêcher une catastrophe humanitaire en RCA. Mais les Nations Unies et les gouvernements donateurs majeurs peuvent agir pour interrompre l’aggravation de la crise et porter assistance aux personnes accessibles. Dans un rapport alarmant , Refugees International fait ses recommandations pour interrompre l’aggravation de la crise en RCA :

  • Les gouvernements donateurs doivent honorer leurs promesses de financement en République Centrafricaine et financer des programmes flexibles afin de permettre aux agences humanitaires de répondre aux évolutions des niveaux d’accès aux populations dans le besoin.
  • Les Etats-Unis doivent rouvrir leur ambassade à Bangui afin de permettre au personnel de l’Agence pour le développement international (USAID) du Bureau de l’aide d’urgence en cas de catastrophe (OFDA) de coordonner ses actions avec les partenaires d’éxécution et les bénéficiaires de manière plus directe et plus fréquente.
  • Bien que le composant militaire de la mission de maintien de la paix de l’ONU en RCA (MINUSCA) ne sera pas établi avant septembre 2014, l’ONU devrait accélérer le déploiement de personnel civil de la MINUSCA, y compris de chargés de protection civile et de chargés des droits de l’homme conjointement à l’établissement d’une unité de liaison communautaire.
  • ˆ Les Nations Unies doivent déployer davantage de personnel de terrain habilité à travailler sur-place plutôt que de recourir à du personnel déployé d’urgence à court terme.
  • La force de l’Union européenne en RCA (EUFOR) prévue doit déployer de toute urgence des conseillers des forces de police qui soient en mesure à la fois d’intégrer les troupes de la mission de maintien de la paix de l’Union africaine en RCA et de former la police locale en RCA.
  • ˆ Les gouvernements des Etats-Unis et des pays européens doivent augmenter leur soutien financier et logistique à la MISCA, y compris en fournissant des véhicules et des moyens de transport aérien.

Lire l’intégralité du rapport de Refugees International sur la situation en RCA
en Francais
, en anglais .

Grotius International

Grotius International

La rédaction de Grotius International.