« Afghan Road » : la guerre privatisée d’Afghanistan

0

Historiquement liées aux pratiques de la guerre et plus encore aux condottieri de la Renaissance, les entreprises militaires et de sécurité privées (EMSP) ont aujourd’hui succédé aux « mercenaires » artisanaux, et leur poids économique est devenu considérable.

Si l’on se réfère au Document de Montreux1, les EMSP sont des «entités commerciales privées qui fournissent des services militaires et/ou de sécurité. Les services militaires et/ou de sécurité comprennent en particulier la garde armée et la protection de personnes et d’objets tels que les convois, les bâtiments et autres lieux ; la maintenance et l’exploitation de systèmes d’armements ; la détention de prisonnier ; et le conseil ou la formation des forces locales et du personnel de sécurité local».

Cette définition paraît toutefois incomplète car elle ne couvre pas toutes les activités que peuvent réellement proposer ces sociétés. Ainsi, elle ne prend pas en compte les opérations de combat dans lesquelles sont engagées les EMSP, comme en Irak ou en Afghanistan.

Si leur activité en France est, pour l’instant, étroitement régulée, il s’agit d’un secteur en pleine expansion au Royaume-Uni, évoluant dans le cadre des modifications structurelles du marché de la sécurité de l’après-11 Septembre. Cette industrie s’organise, en Europe comme aux Etats-Unis, pour offrir un visage plus présentable, celui d’un mercenariat éthique, responsable, obéissant bien sûr aux lois du marché, mais conscient d’intervenir sur des zones sensibles. Pour preuve de cette quête de respectabilité, cette industrie de guerre s’est auto-proclamée « industrie de la paix et de la stabilité (…) ».

Lire la suite sur le site de la Fondation pour la Recherche Stratégique

 

Jérôme Larché

Jérôme Larché

Jérôme Larché est médecin hospitalier, Directeur délégué de Grotius et Enseignant à l’IEP de Lille.