Masidlale, les violons du Cap

0

Le projet Masidlale est un projet d’éducation musicale qui doit permettre aux enfant des classes défavorisées vivant dans les townships du Cap d’acquérir le statut de musicien professionnel au sein de l’ Orchestre philharmonique du Cap.

Le sujet illustre la politique de discrimination positive menée en Afrique du Sud, à travers le prisme du Cape Philharmonic Orchestra ( CPO ). Partant du constat que les musiciens de l’orchestre étaient tous issus des classes aisées blanche, est mis en route, en 2009, le projet Masidlale ( en langue xhosa masidlale signifie “Laissez nous jouer”), destiné à donner une formation musicale aux enfants des communautés défavorisées du Cap de façon à obtenir un orchestre représentatif de la démographie du Cap.

Quinze ans étant nécessaires pour former un musicien professionnel, le projet Masidlale est initié dans les écoles des townships de Nyanga, de Gugulethu et Langa. Des enfants de 5 à 10 ans reçoivent un enseignement du violon.

Aujourd’hui 150 enfants bénéficient d’une éducation musicale qui permettra à certains de devenir des violonistes professionnels au sein de l’orchestre symphonique du Cap. Maria Botha est la responsable du projet. C’est elle qui m’a guidé dans les townships du Cap. Avec elle j’ai pu entrer dans les écoles et dans les lieux d’ habitation des enfants. J’ai aussi photographié les enfants du projet lors d’un petit concert en plein air à Nederburg où ils jouaient avec deux enfants blancs des classes aisées, élèves des cours privés de Maria Botha. Puis j’ai photographié l’ orchestre symphonique du Cap lors d’un concert au City Hall, là où doivent arriver les enfants du projet Masidlale.

[cincopa AYPA9BLLPm3v]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ajoutez votre commentaire !
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.