Nadia, adhérente à Résonances depuis 7 mois

0

nadjia, adhérente résonances humanitaires

Quel est votre parcours et que recherchez actuellement ? 
Désirez-vous rester dans le secteur humanitaire ?

J’ai travaillé pendant 4 ans sur le Terrain avec Médecins Sans Frontières Hollande, en Colombie, Haïti et au Congo sur divers projets.

Aujourd’hui, je recherche une opportunité au siège d’une ONG pour continuer à travailler dans l’humanitaire mais avec une approche plus globale, une vision des programmes au lieu d’un projet.

Êtes-vous passée par les circuits classiques avant de faire appel à Résonances humanitaires ? Comment avez-vous connu l’association ?

Je suis passée directement par Résonances humanitaires, cela fait maintenant 7 mois. Je les ai contactés à mon retour en France en octobre 2015. Je les ai connus en 2009 lorsque je recherchais un emploi en ONG sur le terrain, ils m’avaient soutenue par le biais de groupe de chercheurs d’emplois et une coach professionnelle.

À mon retour en France en octobre 2015, je n’ai pas trouvé l’aide qui me correspondait au Pôle emploi : un code ROM existant mais qui ne s’appliquant pas à toutes les professions de l’humanitaire, une conseillère très peu intéressée et qui ne comprenait pas mon domaine. J’ai donc repris contact avec Résonances.

J’ai suivi plusieurs ateliers en novembre et en décembre et j’ai participé à un groupe de chercheurs d’emplois tous les mercredis matins avec d’autres humanitaires qui connaissaient et vivaient les mêmes difficultés professionnelles. On s’est soutenu tant sur les CV et les lettres de motivations que sur la préparation aux entretiens ainsi que sur la gestion des frustrations qui vont de pair avec une transition professionnelle.

Comment se passe votre recherche à Résonances ?

On se retrouve avec un groupe de chercheurs d’emplois une fois par semaine pendant deux heures, on fait un compte rendu de notre réunion, on se fixe des objectifs pour la semaine suivante. Nous sommes aussi soutenus par les coordinateurs de Résonances, Éric et Morgane, en termes d’appui sur des candidatures auprès d’ONG membres du réseau de Résonances.

On peut aussi bénéficier de l’appui d’un coach professionnel, qui est un des services que propose aussi Résonances humanitaires à ses membres, mais aussi des simulations d’entretiens, des ateliers, et des conférences sur certains thèmes porteurs d’emploi, comme ce fut le cas en décembre 2015 sur le thème des migrants.

Qu’attendez-vous d’une aide à la recherche d’emploi ? Quelles sont les difficultés majeures que vous avez rencontrées ?

Cela faisait 5 ans que je n’avais pas passé d’entretien d’embauche, j’avais perdu certains mécanismes, réflexes. Les groupes de chercheurs d’emplois m’ont permis non seulement d’avoir accès à un réseau mais en plus à d’autres personnes confrontées aux mêmes difficultés.

Par le biais de Résonances, on se sent moins seul et moins isolé. On reçoit un vrai soutien moral et professionnel. Les groupes de chercheurs d’emplois nous permettent d’échanger des informations tant sur des postes que sur des formations. Le coach professionnel permet une réflexion sur soi pour avancer de manière positive vers son objectif.

C’est aussi un espace privilégié d’échange et de compréhension avec des collègues ayant eu des expériences similaires.

Quelles seraient les améliorations à apporter au fonctionnement de Résonances humanitaires ?

Je n’en vois pas. Résonances par ses réseaux, ses contacts, ses ateliers, ses coachs et ses apéros est une association qui fonctionne vraiment bien.

 

Grotius International

Grotius International

La rédaction de Grotius International.