Madagascar : des médias au coeur de la crise

0

Suspensions, saccages et désinformation…

Une enquête menée par Ambroise Pierre (RSF)

Cinquante ans d’indépendance, trois crises politiques majeures, en 1972, en 1991, en 2002, et une quatrième, déclenchée fin 2008, dont Madagascar n’est pas encore sortie. Une crise qui a consisté, en trois mois, en l’effondrement de l’empire en apparence intouchable du président de la République, Marc Ravalomanana, et en l’accession au pouvoir de son jeune rival, Andry Rajoelina. Une crise qui vaut à Madagascar la période de transition délicate qu’elle traverse actuellement et sa suspension par la majeure partie des instances internationales auxquelles elle appartient. Une crise dans laquelle les médias, à la fois victimes d’attaques répétées et sources permanentes de désinformation, ont été au coeur.

Une chaîne de télévision privée fermée, les locaux des médias publics saccagés et incendiés, un jeune reporter tué d’une balle dans la tête alors qu’il couvrait une manifestation populaire, et plusieurs journalistes emprisonnés, comme ceux de la station Radio Fahazavana, qui attendent actuellement leur procès, depuis la prison d’Antanimora, dans la capitale. Du premier jour de cette crise qui secoue la grande île depuis décembre 2008, jusqu’à aujourd’hui, les médias n’ont pas été épargnés. Ils n’ont pas non plus été exempts de tout reproche. Sans bien sûr oublier le rôle joué par la rue, l’armée et les Eglises, tout se passe comme si la crise s’était surtout jouée dans les médias.

L’objet de ce présent rapport est en effet de démontrer que la presse a été et est toujours au coeur de la crise malgache, jouant un rôle primordial dans son déclenchement, subissant chacune de ses étapes, et faisant face encore aujourd’hui aux vicissitudes de la transition. La nature du paysage médiatique du pays – divers mais très politisé –, le manque de régulation, et le comportement de certains journalistes confondant information et propagande ont été les ingrédients de ce cocktail détonant (…).

Lire la suite du rapport de Reporters Sans Frontières en français
En anglais :