Stéphane Hessel a écrit pour Grotius.fr cette note de lecture, en forme de plaidoyer pour la démocratie et la Birmanie, à l’occasion de la parution d’un long entretien avec Aung San Suu Kyi aux éditions Don Quichotte

« J’avais essayé de rencontrer Aung San Suu Kyi il y a douze ans. En vain. Bien sûr cette conversation téléphonique en ce 17 février 2011 ne remplacera pas ces moments où les regards se croisent et où, au-delà des mots, on se reconnait, on se retrouve sur des valeurs fondamentales qui fondent notre humanité. Ces valeurs pour lesquelles il faut se battre, toujours.

Aung San Suu Kyi est un grand exemple de ce combat mené. La Birmanie est une dictature depuis 1962. Quarante-neuf années de joug militaire ! Quel peuple mérite-t-il cela ? Le prix Nobel de la Paix 1991 est là pour nous rappeler que la démocratie fait partie du patrimoine universel et que l’engagement pour son instauration ne s’arrête pas aux frontières du monde occidental.

Je le répète ici : Aung San Suu Kyi joue un rôle extrêmement important  à un moment où, dans le monde entier, la question des résistances au despotisme prend une place privilégiée. Aux analystes qui posent cette question absurde : « La Birmanie est-elle mûre pour la démocratie ? », je demande simplement : avez-vous écouté les Birmans ? Peut-être cette conversation que j’ai eu avec Aung San Suu Kyi – et qui fait l’objet de ce livre, permettra-t-elle à certains d’ouvrir les yeux et de … ‘mûrir’ leurs analyses. »


 

Stéphane Hessel

Stéphane Hessel

Diplomate et ancien résistant, Stéphane Hessel est né à Berlin le 20 octobre 1917. Il est reçu en 1937 à l’École normale supérieure (ENS) et simultanément naturalisé français, avant d’être mobilisé en 1939. Résistant lors de la Seconde Guerre mondiale, Hessel a rejoint le Général de Gaulle en 1941, il est déporté à Buchenwald et à Dora, le camp de concentration dépendant de Buchenwald. Stéphane Hessel échappe à la pendaison et s’évade lors d’un transfert vers Bergen-Belsen. Après la guerre, Stéphane Hessel participe à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme en 1948. Depuis lors son engagement pour les droits de l’Homme n’a jamais cessé.

Stéphane Hessel

Derniers articles parStéphane Hessel (voir tous)

Article précédentRevue Tiers monde : « Protestations sociales, révolutions civiles »
Article suivantLes archéologues de la violence politique
Diplomate et ancien résistant, Stéphane Hessel est né à Berlin le 20 octobre 1917. Il est reçu en 1937 à l'École normale supérieure (ENS) et simultanément naturalisé français, avant d'être mobilisé en 1939. Résistant lors de la Seconde Guerre mondiale, Hessel a rejoint le Général de Gaulle en 1941, il est déporté à Buchenwald et à Dora, le camp de concentration dépendant de Buchenwald. Stéphane Hessel échappe à la pendaison et s'évade lors d'un transfert vers Bergen-Belsen. Après la guerre, Stéphane Hessel participe à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme en 1948. Depuis lors son engagement pour les droits de l'Homme n'a jamais cessé.