Immigration : un calendrier bleu-médias !

0

Les questions migratoires ont provisoirement baissé d’intensité dans leur exposition médiatique et leur instrumentalisation. Ce relatif répit ne doit rien au hasard. Après l’entretien d’une séquence, allant de septembre 2009 à mars 2010, et la promotion d’un dangereux débat séparatiste artificiellement propulsé au cœur de la République française autour du thème de l’identité nationale, le gouvernement reprend son souffle. Il a fixé la prochaine fenêtre d’exploitation du thème de l’immigration à la fin septembre, avec l’examen parlementaire d’un nouveau projet de loi. Ce sera le sixième depuis 2002.

Ce projet liberticide crée un régime de privation de liberté à l’arbitraire renforcé pour les étrangers en situation administrative irrégulière. Le calendrier médiatique imposé par l’Elysée n’a rien d’anodin. Il place et relance le débat sur l’immigration après celui sur les retraites en pariant sur une société civile anesthésiée par des mesures inédites de déclin social et en offrant à une partie de la population, toujours prompte à en chercher, quelques boucs émissaires.

Dans un tel environnement il n’est guère facile de déconstruire le discours dominant. Dans quelques jours, le 20 juin, nous célébrerons la Journée mondiale du réfugié. L’occasion pour nous de rappeler quelques vérités aux médias et à l’opinion publique, si du moins le temps du «pain et des jeux» de la coupe du monde de football nous en laisse le loisir. La partie ne sera pas facile.

Car face à un retourné acrobatique de Ribéry dans la lucarne des «bafanas-bafanas», que peut bien peser en termes de commentaires et d’écoute l’affirmation suivante «la hausse du nombre de demandeurs d’asile dans les pays industrialisés est un mythe» ? Finalement notre meilleur allié en cette période pourrait bien s’appeler Raymond Domenech et ses piètres talents de sélectionneur !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ajoutez votre commentaire !
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.